Kaléido scope

Le choix de la Librairie #32



Le romancier, scénariste (il a travaillé avec Alain Tanner) et critique d’art britannique John Berger est mort lundi dernier à l’âge de 90 ans. Lauréat du Man Booker Prize, le plus prestigieux des prix littéraires de langue anglaise, en 1972. La série télévisée puis l’essai Voir le voir le rendront célèbre dans les années soixante-dix. Dans la ligne de Walter Benjamin, il contribuera à l’éducation du regard de toute une génération.

John Berger a toujours choisi le camp des opprimés et n’a jamais séparé la peinture et l’écriture de l’engagement politique. Il mettait sa grande érudition au service de l’observation de thèmes touchant le quotidien des gens les plus modestes, l’exil, les migrations ou le déclin du monde paysan.

Une autre façon de raconter

Un livre de John Berger & Jean Mohr
Plus un DVD de Joue-moi quelque chose, de Timothy Neat et John Berger, L’Ecarquillé, 2014.

Ce livre propose deux œuvres complémentaires : la réédition d’un livre, à la fois essai majeur sur la photographie et œuvre de fiction (Une autre façon de raconter, 1981) et un film, jamais sorti en France, édité pour la première fois en DVD (Joue-moi quelque chose, 1989), ces deux œuvres étant reliées par un essai d’Anne Michaels (2013).

Le livre s’articule autour d’une réflexion théorique et d’une fiction, véritable cœur du livre (photos de Jean Mohr, narration de John Berger et Jean Mohr). Il est une tentative d’ordre littéraire et poétique de raconter d’une autre façon une histoire en donnant à lire un montage photographique. Le film, né en 1989 de la collaboration de John Berger et Jean Mohr avec le réalisateur Timothy Neat, donne un genre de contrepoint. Une autre façon de raconter se demande : « Que signifient les photographies ? Comment sont-elles utilisées ? » Le volume est composé de morceaux hétérogènes, à lire ou regarder. Le livre suggère et évoque plutôt qu’il n’assène des vérités.

« Dans ce livre, nous faisons plusieurs expériences. L’une d’elles consiste à raconter une « histoire sans mots», avec seulement des photos, pour voir ce que donne l’association des images. Cette histoire, comme nous le suggérons, est composée des souvenirs d’une vieille paysanne. Au début, on voit ses mains qui tricotent, elle est seule et se souvient du passé. Tout cela par des photos que Jean Mohr a prises lors des centaines de balades que nous avons faites pendant sept ans en Haute-Savoie. »

John Berger dans un entretien donné à Libération le 25 avril 2014.