Maison Européenne de la Photographie

CYCLE DANCE WITH ME VIDEOPROGRAMMATION WEEK-END #2


Dans le cadre du cycle DANCE WITH ME VIDEO, une sélection de vidéos d’artistes est proposée chaque week-end.
Cette programmation variée est riche de neuf thématiques qui sont autant de façons d’envisager le corps, le mouvement et la danse.

La danse lutte

Le samedi 29 et dimanche 30 avril de 14h30 à 15h00

2. ©mounir fatmi

Laurent Fiévet (France)
Wild side (Série « Dem bones – Dislocated »), 2014, 4’07’’
Du 2ème au dernier week-end de l’exposition, chacune des programmations de DANCE WITH ME VIDEO s’ouvre par une vidéo de Laurent Fiévet. Nous souhaitions en effet introduire le film dans notre programmation vidéo : le voici re-présenté par le travail de Laurent Fiévet. En effet, Laurent Fiévet, spécialiste du cinéma, utilise des images / des extraits de films comme matière a créer. La série « Dem bones – Dislocated » rassemble différents montages réalisés à partir d’extraits de comédies musicales américaines. Procédant par jeux d’allers et retours dans la matière des extraits filmiques, Laurent Fiévet les décompose et les recompose, nous donnant à voir les mouvements et les « swings » de manière plus dansante encore que la matière originale. Wild side ouvre donc LA DANSE LUTTE.

Elena Kovylina (Russie)
Shooting gallery, 2002, 9’12’’ (extrait)
Shooting gallery montre Elena Kovylina tournant sur elle-même sur une trottinette, entre un comptoir forain et un mur sur lequel sont accrochés des objets que des hommes, derrière le comptoir, visent à l’aide d’une carabine. Dans cette atmosphère festive, l’artiste devient une cible possible parmi d’autres. La vidéo, sur une musique douce, nous parle de fête et de désespoir, de prédation et de victimisation, de mystère et de beauté : du manège du monde qui tourne tourne…

Dana Hoey (USA)
Fighters, 2015, 9’22’’ (extrait)
Pour certaines artistes, dont Dana Hoey fait partie, la création ne relève pas d’abord du genre mais d’une position qu’on va dire paritaire, déterminée par une conception de la femme comme être humain « ordinaire ». Dans Fighters, Dana Hoey filme ainsi quatre rounds de boxe entre deux femmes. Le spectateur non averti ne cerne pas tout de suite qu’il s’agit de deux femmes et développe de ce fait des sentiments ambigus devant ce qui est une chorégraphie pleine de verve, une lutte pleine de règles, une danse rythmée par la respiration de ses protagonistes.

Jhafis Quintero (Panama)
Knock out, 2011, 1’18’’
La hora garrobo, 2013, 2’42’’
Jhafis Quintero a passé dix ans en prison. C’est là qu’il est devenu artiste. Il a réalisé Ten years in jail, une série de dix vidéos, courtes comme des Haïku, une pour chaque année passée en prison, une pour chaque sensation particulière. Knock Out (présentée à la Biennale de Venise en 2013) est un ballet contre lui-même – contre son ombre. Dans La Hora Garrobo, son corps danse, rampe, à même le sol de la cellule, à la recherche de la lumière.

Martine Barrat (France)
Subway, 2016, 6’40’’
DANCE WITH ME VIDEO ne pouvait se passer du rap !

mounir fatmi (Maroc)
Nada – Danse avec les morts, 2015-2016, 17’42’’ (extrait)
La lutte de l’homme est fondamentalement avec / contre la mort. Inspiré des Désastres de la Guerre et en particulier de Nada (estampe 69) qui donne le titre au film et suggère donc qu’il n’y a rien – rien après la mort, s’entend – Nada (le film de mounir fatmi) nous montre comme fatmi aime faire des superpositions d’images. Images trouvées de guerre, notamment de la Seconde Guerre mondiale, chefs d’œuvres de Goya, taureaux dans l’arène, sexe de femme, manuscrits qui se perdent dans le vent et les flammes… les chiens aboient et Cantat chante Ferré :
Des armes, des chouettes, des brillantes
Des qu’il faut nettoyer souvent pour le plaisir
Et qu’il faut caresser comme pour le plaisir

Et des poètes de service à la gâchette
Pour mettre le feu aux dernières cigarettes
Au bout d’un vers français… brillant comme une larme
des armes, des armes… des armes…

 

COMMISSAIRES

Barbara Polla et Nicolas Etchenagucia