• Crossing 1 (c) Francesco Jodice
  • Crossing 2 (c) Francesco Jodice
  • Crossing 3 (c) Francesco Jodice

Maison Européenne de la Photographie

Francesco JodiceCrossing


"Crossing" ( 2004) est une série de clichés grandeur nature de gens ordinaires qui marchent vers le photographe sans savoir qu'ils sont photographiés. Ces clichés pris sur le vif et au hasard sont ensuite disposés les uns à côté des autres de manière à reconstituer une continuité entre les sujets et l'espace qu'ils occupent. Involontairement les personnages posent la question de l'identité et de leur appartenance à l'espace qu'ils traversent.

Francesco Jodice est né à Naples en 1967. Après des études d’architecture, il s’oriente vers la photographie, la vidéo et la cartographie. Ses travaux concernent principalement l’interaction entre les espaces urbains et l’individu, dans une réflexion à la fois sur le lieu comme décor et sur l’influence de l’architecture sur le comportement.

« Crossing » ( 2004) est une série de clichés grandeur nature de gens ordinaires qui marchent vers le photographe sans savoir qu’ils sont photographiés. Ces clichés pris sur le vif et au hasard sont ensuite disposés les uns à côté des autres de manière à reconstituer une continuité entre les sujets et l’espace qu’ils occupent. Involontairement les personnages posent la question de l’identité et de leur appartenance à l’espace qu’ils traversent.

Secret Traces (1998-2005) est une recherche sur l’empreinte que chacun laisse sur son lieu de vie. Jodice a ainsi suivi pendant une journée, à pied ou en voiture, des habitants de grandes villes (New York, Milan, Perth, Naples, Ostende) depuis leur domicile jusqu’à leur lieu de travail.

Ces personnes étaient prévenues de la filature, mais ignoraient à quelle date elle aurait lieu. L’enjeu de la démarche consiste à saisir la nature spécifique des gestes et des habitudes quotidiennes dont l’individu est inconscient, selon une méthode comparative qui classe et mesure la relation de l’individu à son environnement. C’est également un moyen pour l’artiste d’entrer en contact avec un espace urbain qui lui est étranger. Suivre les pas d’un autre le transporte vers l’inconnu. Francesco Jodice a pris à peu près 300 clichés de chaque personne, toujours de dos. Dans la version proposée à la Maison Européenne de la Photographie, l’œuvre se présente sous la forme d’une photo-animation de 25 minutes.

La photographie, dans le travail de Francesco Jodice, est un témoin constamment actif, un instrument vivant et fonctionnel, l’outil d’une vision qui tour à tour s’élargit et se concentre sur le particulier, du micro au macrocosme. Observateur attentif des flux humains, Francesco Jodice dresse un atlas des comportements, pénètre l’esprit des lieux.

Exposition réalisée avec le soutien d’Alcatel.