La collection

Aujourd'hui, alors que les frontières entre catégories artistiques s’estompent, la vidéo est devenue un medium incontournable au sein de l'art contemporain. De nombreux photographes y trouvent une extension du champ de la photographie, un nouvel espace d’investigation et d’expression qui, grâce à sa plasticité, leur permet de renouveler et réinventer sans cesse leur art.

Pour répondre à ce phénomène, depuis 2000, la Maison Européenne de la Photographie a entrepris de développer une collection de vidéos contemporaines en complément de sa vaste collection de photographies. Aujourd’hui, cette collection rassemble une soixantaine d’oeuvres réalisées par des artistes internationaux.

Cet ensemble permet à la Mep la possibilité d’apporter encore plus de soutien aux jeunes artistes, et rassemble un échantillon de la pratique artistique aujourd’hui en vidéo. Ces courts métrages et installations peuvent figurer dans des accrochages à la Mep, ou au sein d’expositions ou de festivals en France et à l’étranger.

Drôles, troublantes, provocatrices et poétiques, les oeuvres explorent de thèmes récurrents tels que l’intimité, le corps et l’identité, l’histoire de l’art ou la transformation du monde….

Parmi des installations dans la collection : 

L’installation Projection (2003-2005) de l’artiste français Laurent Grasso représente un épais nuage menaçant qui avance rapidement dans les rues parisiennes, filmé en une longue séquence travelling. Ce nuage envahit la rue, recouvrant les bâtiments, les voitures et les quelques passants, jusqu’à absorber la caméra. Grondement sourd, l’installation sonore renforce l’ambiguïté de cette pièce. La seule réalité reste celle de nos projections, qui intensifient la force de cette image flottante.

Site-web-vidéo-Grasso
Laurent Grasso, Projection (2003-2005). Bétadigital & animation couleur, 3 min en boucle. © Laurent Grasso / ADAGP, Paris, 2013

Bruits de surface (1995) de l’artiste suisse Silvie Defraoui, pionnière de l’art vidéo, montre des verres vides et transparents qui se remplissent de lait. Des images projetées apparaissent progressivement dans leur blancheur. Une fois remplis, les verres, balayés par une main, se brisent et sont remplacés, pour interroger notre relation avec la mémoire.

Orage (1999), une double projection, témoigne de la puissance visuelle du langage métaphorique de l’artiste français Ange Leccia, dont les images éblouissantes de fumée, de feu, de mer, de ciel, évoquent souvent les peintures du XVIIe siècle. Dans cette installation envoûtante, une compilation d’enregistrements successifs présente un défilé de scènes d’orages violents et spectaculaires, en plein écran, sans début ni fin.

Romancier, photographe, plasticien, essayiste et cinéaste, Alain Fleischer est l’auteur d’une oeuvre subtile, expérimentale et polymorphe. Dans L’homme dans les draps, (2003), il retourne aux thèmes qui le hantent–l’absence, le passage, le corps, les traces, la métamorphose—en filmant des ombres qui apparaissant spontanément sur son lit. Quand la lumière pénètre dans la chambre par la fenêtre, elle crée, sur ses draps blancs, des profils d’hommes éphémères.

Site-web-vidéo-Fleischer
Alain Fleischer, L’homme dans les draps (2003). Vidéo noir et blanc. 12 min.

Alice Anderson’s Journal, (2004 – 2005) présente des oeuvres courtes et évocatrices qui ressemblent aux haïkus japonais, enregistrées à partir de la vie quotidienne de cette artiste britannique née en 1976.

La Liberté Raisonnée (2009) de l’artiste espagnole Cristina Lucas met en question la notion de pouvoir dans les structures comme l’Etat ou l’Eglise, pour révéler des complexités et contradictions de la société actuelle.  Son court métrage La Liberté raisonnée remet en scène le fameux tableau La Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix (1830), fréquemment vu comme symbole de la République Française et la démocratie, mais en bouleversant l’œuvre originale ; dans le film, la femme brandissant le drapeau tricolore, violemment abattue, montre une image de liberté vulnérable et menacée.

Pour réaliser Subak (2010), Marie Bovo, artiste espagnole installée en France, a filmé une pastèque dévalant les rues tortueuses d’un quartier à Séoul. Elle humanise ce fruit ovale qui il devient un personnage burlesque et maladroit quand il se cogne, s’arrête, s’accélère et, finalement, il s’écrase.

Site-web-vidéo-Bovo-1
Marie Bovo, Subak (2010). Vidéo couleur, sonore, 5 min.

Dans Mecha (Mèche) (2010), Miguel Angel Rios, né en Argentine, dévoile sa fascination pour la relation entre le conflit et le jeu. Il montre le jeu de Tejo, le sport national colombien, qui devient une métaphore de la violence qui évoque la guerre ou, comme dit l’artiste, « un combat dans lequel il n’y a jamais de trêve. Même s’il n’y a pas de victime, il n’y a pas de paix… » .

La collection vidéo est placée depuis 2007 sous la responsabilité de Laurie Hurwitz.

×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...