Thématiques

 

Photographie méditerranéenne

Méditerranée. Le « Mare Nostrum » des Romains fut pendant des siècles le berceau de certaines des plus anciennes civilisations du monde occidental.

  • Bruno Boudjelal, Alger, 2013 © Bruno Boudjelal / Agence VU’

  • Nick Hannes, Albanie, Palase, 2011© Nick Hannes / CosmosGalerie

  • Julien Drach, Mogador, 2014 © Julien Drach

  • Patrick Zachmann, Zarzis, Tunisia, avril 2011 © Patrick Zachmann /Magnum Photos

« La sagesse ancienne enseignait que notre mer arrive là où pousse l’olivier » écrit l’essayiste yougoslave Predrag Matvejević, dessinant ainsi une éventuelle géographie poétique. Langues, cultures, religions, chansons, parfums, coutumes et habitudes s’y croisent. La Méditerranée est tour à tour destination touristique, théâtre de tragédies annoncées, route de migrations.

Face à la multitude des cultures qui y cohabitent, à la complexité des réalités sociales et politiques des pays qui s’y reflètent, la photographie représente un instrument décisif pour réfléchir, documenter, dénoncer ou perpétuer la mémoire. Tous les langages, toutes les grammaires, toutes les techniques deviennent possibles. La structure incisive du photojournalisme pour témoigner, à plusieurs voix, de la crise profonde qui affecte la Grèce ; le langage documentaire, théorisé par Walker Evans, pour raconter l’histoire des côtes françaises, ou de la ville de Thessalonique ; ou encore, le mythe d’Ulysse et de son odyssée itinérante, revisités sous le prisme du smartphone ; la vidéo pour évoquer les souvenirs de famille et recueillir les témoignages de ceux qui ont été contraints à l’exil.

Venise et la Sicile, Israël et le Maroc, l’Algérie et l’Espagne, sont racontés par des auteurs qui ont su voyager dans les lieux, le temps, les souvenirs. Le prétexte géographique de la Méditerranée, ses frontières à la fois précises et précaires, l’histoire que racontent ses vestiges, les références littéraires, sont déclinés à travers des regards jeunes, et d’autres plus mûrs. La permanence des traditions, l’antagonisme des cultures, la richesse et la misère, les espoirs et les tragédies, s’entrelacent dans des projets cherchant à retracer les mémoires personnelles, l’aventure des migrations, le désir de « normalité » de peuples dont les rêves rappellent les codes et modèles de la bourgeoisie occidentale. Mais aussi les suggestions esthétiques faites par les villes et leur Histoire, ou la mémoire d’événements et de lieux que la photographie a pu préserver. Et enfin l’idée du voyage, intrinsèquement liée à la mer : partir à bord de monumentaux navires de croisière, ou de fragiles embarcations de migrants, par plaisir ou nécessité, pour rejoindre les villes de l’histoire, ou celles de l’espoir.

Giovanna Calvenzi et Laura Serani
Déléguées artistiques

 

>> Toute la programmation du thème « Photographie méditerranéenne »

×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...