Kaléido scope

Wilder Mann ou la figure du sauvage, Charles Fréger



Dans Wilder Mann, Charles Fréger parcourt une Europe sauvage : le temps d’une mascarade, l’Homme de la ville se transforme en Homme des bois.

Charles Fréger, né à Bourges en 1975, est connu pour ses portraits de joueurs de waterpolo, légionnaires, majorettes, ouvriers, élèves de collège catholique anglais ; tant de domaines qui imposent une uniformité du vêtement. Tel un anthropologue, c’est l’être humain au sein d’un groupe qui l’intéresse ; les signes d’appartenance sont les sujets de ses photographies.

Dans Wilder Mann, Charles Fréger parcourt une Europe sauvage : le temps d’une mascarade, l’Homme de la ville se transforme en Homme des bois.

Masques, déguisements, peaux de bêtes et végétaux sont les acteurs de ces célébrations des saisons. En pleine nature, ces portraits en pied imposent au regard beauté et force des traditions. La joie de vie et la peur de la mort jaillissent du mystère des couleurs et des formes de ces Hommes sauvages.

Diane Kitzis

 

A découvrir à la Bibliothèque

  • Wilder Mann ou la figure du sauvage, Charles Fréger, Thames and Hudson, Paris, 2012.
×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...