Photographies

Réunissant les tirages de certains des plus grands noms de la seconde partie du 20e siècle, la collection photo de la MEP recense également l’œuvre de figures de la scène contemporaine. Elle est présentée dans des expositions et accrochages temporaires à la MEP ou hors les murs.

Image en une : Tirage gélatino-argentique ; 30,1 x 40,3 cm
Don de l’auteur en 2015 © Sabine Weiss

Ensembles choisis

Le fonds

Les ouvrages de William Klein – New York (1956) – et de Robert Frank – Les Américains (1958) – constituent le point de départ de la collection de la MEP. Dans sa volonté de constituer de vastes ensembles du travail des photographes, la collection s’est ainsi construite autour de quelques séries majeures, souvent de premiers livres d’artistes qui inventent des formes et bousculent les codes et les conventions du médium.

Irving Penn en est une autre figure tutélaire. Très proche de la MEP dès sa création dans les années 1990, il a encouragé la constitution d’un ensemble unique, complété en 2020 grâce à la générosité de la Fondation Irving Penn et au soutien de la Fondation Etrillard. Les 109 tirages aujourd’hui rassemblés constituent l’une des plus importantes collections d’œuvres du photographe dans une institution européenne.

La photographie française documentaire d’après-guerre est par ailleurs largement représentée dans le fonds, notamment avec les œuvres de Henri Cartier-Bresson, Sabine Weiss ou Édouard Boubat. De même, l’école américaine à partir des années 1950 avec les ensembles de Harry Callahan, Ralph Gibson et Larry Clark ou encore la créativité photographique japonaise de la seconde moitié du 20e siècle avec les tirages de Shomei Tomatsu, Daido Moriyama, Nobuyoshi Araki ou Miyako Ishiuchi y occupent une place importante. Le nouvel élan de la photographie française et européenne dans les années 1980 et 1990 constitue également un ensemble conséquent avec les œuvres de Bettina Rheims, Georges Rousse, Patrick Tosani, Joan Fontcuberta ou Martin Parr, de même que l’émergence des nouveaux territoires dans les années 2000, notamment avec le travail de GAO BO.

De Diane Arbus à Rineke Dijkstra, en passant par Alice Springs, Nan Goldin, Valérie Belin, Françoise Huguier… la MEP a par ailleurs toujours été attentive à donner une place importante au travail des femmes photographes, tant dans sa programmation que dans sa collection.

Véritable mémoire des expositions, la collection de la MEP s’étoffe au fil de sa programmation. Les œuvres de Coco Capitán, Henry Wessel, Ursula Schulz-Dornburg ou encore Erwin Wurm, sont ainsi tout récemment venues élargir le fonds. Depuis 2019, avec la création du Studio, espace dédié à la création émergente, la collection s’est enrichie d’œuvres de jeunes artistes tels que Yingguang Guo ou Marguerite Bornhauser. En s’intéressant à l’utilisation de la photographie par les artistes contemporains, la collection de la MEP explore ses liens avec les autres disciplines artistiques, ainsi que la diversité des productions actuelles.

La politique d’acquisition 

En 2020, grâce à la générosité de la Fondation Irving Penn et au soutien de la Fondation Étrillard et du Cercle des Collectionneurs, la MEP fait l’acquisition de 46 oeuvres d’Irving Penn, qui viennent compléter plusieurs séries déjà présentes dans la collection.

Deux principes guident la politique d’acquisition : d’une part la prise en compte de la diversité des approches artistiques en termes de géographie, d’origine ou de genre des artistes, qui constitue un axe clé de la vision artistique de l’institution ; d’autre part l’acquisition de séries intégrales, qui permet de mieux rendre compte de la démarche des auteurs.

La MEP a noué des relations fortes et constantes avec de nombreux artistes et a pu ainsi, grâce à la générosité de ceux-ci, réunir un fonds qui, pour certains, couvre la totalité de leur carrière.

La collection s’accroît chaque année, grâce aux expositions de la MEP, par la production d’œuvres ou par les dons des artistes exposés et s’appuie aujourd’hui sur la participation essentielle du Cercle des Collectionneurs de la MEP.

Depuis sa création, la collection de la MEP a également bénéficié du soutien de prestigieux mécènes et partenaires tels que la société Dai Nippon Printing Co. Ltd. (Tokyo), la Fondation du Reader’s Digest, la Fondation Neuflize Vie, la Fondation Elsa Peretti, l’Atelier Adamson (Washington), la Fondation Étrillard ainsi que l’Association des Amis de la MEP.

En 2020, grâce à la générosité de la Fondation Irving Penn et au soutien de la Fondation Étrillard et du Cercle des Collectionneurs, la MEP fait l’acquisition de 46 oeuvres d’Irving Penn, qui viennent compléter plusieurs séries déjà présentes dans la collection.

Devenez mécène en soutenant la MEP

Je soutiens

Les prémices d’une collection : l’association Paris Audiovisuel

L’association Paris Audiovisuel est créée en 1978, par Henri Chapier et Jean-Luc Monterosso. Elle a pour but de développer, en direction des Parisiens, une politique artistique et culturelle en faveur de la photographie. C’est dans ce cadre qu’est créé, en 1980, le Mois de la Photo à Paris. Cette biennale de l’image aura une grande importance dans la reconnaissance de la photographie par le monde de la culture. L’association assure également la programmation de l’Espace Photographique de la Ville de Paris, une galerie d’exposition entièrement dédiée au médium, de 1986 à 1996.

Dès le début des années 1980, l’association Paris Audiovisuel commence une collection de photographie dans le but de soutenir les artistes et les galeries et de permettre la réalisation de certaines expositions. Celles de l’Espace Photographique sont parfois acquises, ou font l’objet de dons pour la collection, dans leur intégralité.

En 1988, Jean-Luc Monterosso propose la création d’un lieu permanent pour la photographie réunissant les collections et choisit de l’orienter sur la création photographique des années 1950 à nos jours. La Maison Européenne de la Photographie ouvrira ses portes en 1996.