Kaléido scope

Le choix de la bibliothèque #4



Une sélection, par la bibliothèque de la MEP, d’ouvrages de son fonds, souvent des acquisitions récentes, participant de la mémoire internationale de l’édition photographique.

Une sélection, par la bibliothèque de la MEP, d’ouvrages de son fonds, souvent des acquisitions récentes, participant de la mémoire internationale de l’édition photographique.

Roger Guaus, L’inassolible, Ca’ l’Isidret, (E), 2012.

Dans ce livre mis en page avec soin et invention, le photographe catalan Roger Guaus rend un hommage émouvant à son père Manel, aujourd’hui disparu, en juxtaposant mémoire photographique familiale, clichés contemporains, et le magnifique texte, bréviaire de vie, écrit par Manel pour son fils à l’occasion du départ de celui-ci du foyer.

En catalan, inassolible, en français, inaccessible: certainement ce passé heureux enfui, cette enfance d’il y a 35 ans archivée en couleurs. Et toujours, d’une certaine manière, ce futur rêvé alors, de photographe notamment, qui s’est résolu en des clichés intimes le plus souvent en noir et blanc ou quasi-bichromiques, un peu tristes, comme une promesse à moitié tenue, un présent auquel il manquerait quelque chose, en deuil. Sur une photo parmi les plus récentes, intitulée Home, une souris est enfouie à mi-corps dans un trou du mur, comme dans la page, comme pour retourner d’où elle vient. Tout cela dénonce une nature pour le moins rêveuse, pas suffisamment cependant pour ne pas vouloir consigner tout ce matériau en un objet bien réel, par soi façonné, édité, à la couverture rose, comme un nouveau pari sur les choses.

Certes, cette couverture est barrée d’un bandeau noir, l’album voit se succéder des plages noires et les pages roses (où le texte est imprimé), et dans les portraits les plus récents, les proches du photographe sont souvent saisis dans des étreintes déchirantes, ou porteurs de regards inquiets. Mais les images de la nature – le torrent, le sous-bois où ont été dispersées les cendres de Manel – sont ici consolatrices, et Roger Guaus commence et termine son ouvrage par un panorama dégagé, en surplomb d’une mer de nuages. De fait, il a bel et bien réussi son pari éditorial, avec, outre L’inassolible, plusieurs livres remarquables (dont l’un, Almost There, d’Aleix Plademunt, en collaboration avec Mack) publiés par Ca’ L’Isidret, la maison d’édition qu’il a fondée.

Gildas VENEAU

 

Roger Guaus, L’inassolible, Ca’ l’Isidret, (E), 2012.
[M 2012 GUA]

×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...