Kaléido scope

Le choix de la Bibliothèque #07



Une sélection, par Irène Attinger, en relation avec l’air du temps, d’ouvrages rares voire quasi introuvables, participant de la mémoire internationale de l’édition photographique, consultables à la bibliothèque de la MEP.

À l’occasion de son exposition à la Galerie des Filles du Calvaire, du 10 mai au 18 juin 2016, focus sur un ouvrage singulier de la photographe belge Katrien de Blauwer !

I DO NOT WANT TO DISAPPEAR SILENTLY INTO THE NIGHT
KATRIEN DE BLAUWER

Avarie, Paris, 2014

Le livre de Katrien de Blauwer (Je ne veux pas disparaître silencieusement dans la nuit) utilise le découpage et le collage de pages de magazines déjà jaunis pour construire une œuvre poétique complexe. S’inspirant d’extraits de textes de Michelangelo Antonioni, son art est celui du montage. Ses images ressemblent aux pictogrammes intermédiaires d’un film qui pourraient avoir fini sur le plancher d’une salle de montage et le livre peut être perçu comme un storyboard destiné à structurer le montage d’un film.

L’amour de Katrien de Blauwer pour la matérialité du papier est évident. Elle laisse des bords grossiers, les imperfections liées au vieillissement du papier, les taches et les décolorations du papier journal et joue ainsi avec des qualités formelles supplémentaires qui s’étendent au-delà des bords de l’image.
Elle fragmente visages, corps, objets et paysages créant des métaphores visuellement émouvantes et inquiétantes. Comme les grands maîtres du collage Katrien de Blauwer cache la précision de son travail derrière une apparente facilité : tout semble simplement naturel, presque subliminal, mais d’une façon ou d’une autre la succession des scènes persiste longtemps après que le livre soit fermé.

« Nous savons que derrière chaque image révélée il y en a une autre reflet plus fidèle de la réalité et derrière cette image il y a une autre et encore une autre, et cetera, jusqu’à la vraie image de cette réalité absolue, mystérieuse que personne ne verra jamais . Ou peut-être jusqu’à la désintégration de n’importe quelle image, de n’importe quelle réalité. » – Michelangelo Antonioni

×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...