Kaléido scope

I’ll be your Mirror, Nan Goldin



Au rang des films essentiels de la vidéothèque, accessibles en permanence au visionnement individuel, I’ll be your Mirror
de Nan Goldin occupe une place de premier ordre.

C’est un film touchant et sincère, traversé par la voix de Nan Goldin, et aussi par la musique de Nico et du Velvet Underground.

Un film où la photographe nous prend par la main et nous invite à traverser sa vie, une vie indissociable de ses images, et notamment cette période folle qui l’a vu ‘naître’ à la photographie.
Une période New-Yorkaise où chacun de ses amis semble avoir tenté de reconstruire une famille, protectrice, improbable et aimante, autour de la nuit, de la musique, de la drogue et des relations amoureuses.
Une famille très sévèrement éprouvée par la vie, décimée par les premières années du sida.
Nan Goldin, déjà marquée par la perte dans sa propre famille, est une survivante.
De ce triste scénario sans fin qui lui aura fait perdre, un à un, tant de ceux qu’elle aime, elle a fait une oeuvre, bien sûr, des milliers d’ektachromes, petits talismans colorés pour tenter de conjurer la perte qui lui colle à la peau.
Elle a aussi tiré ce film, co-réalisé avec Edmund Coulthard, qui est une pierre angulaire dans la compréhension de son oeuvre. Ceux qui douteraient encore auront en le découvrant la certitude qu’il y a en Nan Goldin une sincérité absolue, que cette petite musique qu’elle a composée, image après image, est le moyen qu’elle a trouvé de soigner ses blessures en les rendant belles, et en les partageant.
Et que tous ces gens qu’elle a photographiés, ceux qu’elle a perdus, et ceux qui témoignent, sont avant tout ceux qu’elle aime. (nul ‘voyeurisme’ comme certains ont pu dire : pour être voyeur il lui faudrait être extérieure : Nan Goldin, est au contraire « au coeur » de son sujet, en fait partie prenante)

De ce film, Nan Goldin dira :

« Cela faisait très longtemps que je souhaitais faire un film, alors, quand j’ai été contactée par un producteur indépendant, Adam Barker, pour collaborer à un film sur mon travail et sur ma vie, et sur l’impact du sida, j’étais enthousiaste. Commandé par la BBC comme un épisode de leur nouvelle série sur l’art, « TX », I’ll be your Mirror est une rencontre de mon regard et de celui d’un réalisateur Anglais, Edmund Coulthard. Le résultat final est un mélange entre portrait documentaire et autobiographie. Le film reprend des super 8 que j’avais filmés étant teenager, de la vidéo Hi-8 tournée par mon ami Ric Colan et moi-même en 94-95, une sélection de mes photos et des extraits de mes diaporamas, et le tournage en 16mm du film d’Edmund Coulthard filmé par Patrick Duval. Ma voix off a été écrite avec Edmund et reprend aussi nombre de mes textes publiés. La bande son du film est une compilation de la musique que l’on écoutait à l’époque, ainsi que quelques chansons de mon diaporama « Ballad of Sexual Dependency ».[…] I’ll be your Mirror retrace ma vie, depuis la maison de mon enfance banlieusarde que j’ai quitté tôt pour trouver ma propre famille d’amis. […] À travers nos expériences, ma photographie a servi à s’accrocher à quelque chose dans le chaos, à rendre hommage à la beauté de mes amis, et à garder en mémoire ceux que j’aime. Plus récemment, ces mêmes images sont devenues une chronique du deuil, et m’ont finalement montré à quel point la photographie est impuissante à conserver. Ce film est une réflexion sur le médium photographique tout autant qu’un document sur un travail d’artiste. »

Emmanuel Bacquet

 

Texte original de Nan Goldin (en anglais) sur le site de Teddyaward

I’ll be your Mirror, réalisation Nan Goldin et Edmund Coulthard, 50 minutes, 1995, Blast! / BBC -VOSTF

Dans le catalogue, une recherche simple « Nan Goldin Mirror » donnera accès au film

×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...