Kaléido scope

Gérard Rondeau



C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris, mardi 13 septembre, le décès de Gérard Rondeau.

La Maison Européenne de la Photographie lui avait consacré une grande exposition en 2015.

Gérard Rondeau laissera une empreinte forte et singulière dans l’histoire de la photographie, celle d’un grand photographe et d’un homme de cœur.

Toute l’équipe de la Maison Européenne de la Photographie se joint à sa famille et à ses proches dans cette épreuve.

Jean-Luc Monterosso,
Directeur de la Maison Européenne de la Photographie

 

RONDEAUbis

J’AVAIS POSE LE MONDE SUR LA TABLE
GERARD RONDEAU

Éditions des Équateurs, Paris, 2015

Ce livre, qui revisite une grande partie de son œuvre, est une invitation à divaguer, à découvrir les mondes, souvent intemporels, de Gérard Rondeau. Il nous donne une chronique rémoise, suivant une lecture très personnelle de la ville de Reims et de sa cathédrale. L’ouvrage s’attarde également sur la Champagne, sur des portraits anonymes réalisés à la fin des années 80.

J’avais posé le monde sur la table évoque les allers et retours de Gérard Rondeau entre l’Est de la France et Sarajevo assiégée, dans une géographie des traces de la guerre de 14 – 18 mais aussi de celles bien plus récentes de la guerre en Yougoslavie. Un voyage singulier qui s’appuie sur sa fréquentation à la fois des lieux de la première guerre mondiale et de ceux de la Bosnie-Herzégovine en guerre.

La confrontation des images se fait généralement de manière géographique mais les photographies très personnelles de Gérard Rondeau, à la fois poétiques et surréalistes, l’utilisation de l’écrit – de la citation littéraire à la légende manuscrite – nous transportent au-delà d’une photographie de voyages dans une exploration du temps.

Dans la deuxième partie du livre, on découvre certains des nombreux portraits de peintres et d’écrivains contemporains dus à Gérard Rondeau, des portraits qui recherchent, au-delà d’une attitude qu’il faudrait tenir pour caractéristique, de vrais moments de latence, de perte de contrôle certainement plus révélateurs.

À découvrir aussi

Gérard Rondeau AU BORD DE L’OMBRE

« Gérard Rondeau est photographe. C’est certain, puisqu’il se sert d’appareils photographiques et ses œuvres sont des tirages sur papier, en noir et blanc. En dit-on beaucoup plus quand on le définit par ce mot ? Il est permis d’en douter.

×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...