La MEP en ligne

Tokyo : le choix de la bibliothèque



En écho de l’exposition Moriyama-Tomatsu : Tokyo, la Bibliothèque de la MEP vous présente une sélection d’ouvrages photo autour de la ville de Tokyo.

Cette sélection de 14 livres vous donne un aperçu du riche fonds sur ce thème conservé à la MEP. Retrouvez plus de 3000 références de livres de photographes japonais sur le catalogue en ligne de la bibliothèque

En attendant la réouverture de la bibliothèque pour consulter ces livres sur place, retrouvez tous les livres de la bibliothèque sur notre catalogue en ligne.


  • HYONCHI, Cho. Tokyo
    Tokyo : autoédition, 1966.
    réf. MEP : M 66 HYO

    Ce livre méconnu est l’œuvre du photographe coréen Cho Hyonchi. Des images saisies dans la rue, une mise en page moderne et dynamique rappellent le New York de William Klein publié quelques années plus tôt. On notera la remarquable qualité de l’impression, notamment dans les noirs.


  • HYONCHI, Cho. Tokyo
    Tokyo : autoédition, 1966.
    réf. MEP : M 66 HYO

    Ce livre méconnu est l’œuvre du photographe coréen Cho Hyonchi. Des images saisies dans la rue, une mise en page moderne et dynamique rappellent le New York de William Klein publié quelques années plus tôt. On notera la remarquable qualité de l’impression, notamment dans les noirs.


  • HYONCHI, Cho. Tokyo
    Tokyo : autoédition, 1966.
    réf. MEP : M 66 HYO

    Ce livre méconnu est l’œuvre du photographe coréen Cho Hyonchi. Des images saisies dans la rue, une mise en page moderne et dynamique rappellent le New York de William Klein publié quelques années plus tôt. On notera la remarquable qualité de l’impression, notamment dans les noirs.


  • HYONCHI, Cho. Tokyo
    Tokyo : autoédition, 1966.
    réf. MEP : M 66 HYO

    Ce livre méconnu est l’œuvre du photographe coréen Cho Hyonchi. Des images saisies dans la rue, une mise en page moderne et dynamique rappellent le New York de William Klein publié quelques années plus tôt. On notera la remarquable qualité de l’impression, notamment dans les noirs.


  • HYONCHI, Cho. Tokyo
    Tokyo : autoédition, 1966.
    réf. MEP : M 66 HYO

    Ce livre méconnu est l’œuvre du photographe coréen Cho Hyonchi. Des images saisies dans la rue, une mise en page moderne et dynamique rappellent le New York de William Klein publié quelques années plus tôt. On notera la remarquable qualité de l’impression, notamment dans les noirs.


  • HYONCHI, Cho. Tokyo
    Tokyo : autoédition, 1966.
    réf. MEP : M 66 HYO

    Ce livre méconnu est l’œuvre du photographe coréen Cho Hyonchi. Des images saisies dans la rue, une mise en page moderne et dynamique rappellent le New York de William Klein publié quelques années plus tôt. On notera la remarquable qualité de l’impression, notamment dans les noirs.


  • ISHIMOTO, Yasuhiro. Tokyo
    
Tokyo : Chuo Koronsha, 1971
    réf. MEP : M 71 ISH

    Le photographe américano-japonais Yasuhiro Ishimoto avait publié en 1958 Someday Somewhere, jalon majeur de l’histoire du livre photographique. Son travail, centré autour des métropoles, se ressent de sa double culture, entre modernisme et tradition. On y décèle l’influence d’Harry Callahan et d’Aaron Siskind ; s'y ajoute une attention au temps, à la fragilité des choses et aux détails de la vie.


  • ISHIMOTO, Yasuhiro. Tokyo
    
Tokyo : Chuo Koronsha, 1971
    réf. MEP : M 71 ISH

    Le photographe américano-japonais Yasuhiro Ishimoto avait publié en 1958 Someday Somewhere, jalon majeur de l’histoire du livre photographique. Son travail, centré autour des métropoles, se ressent de sa double culture, entre modernisme et tradition. On y décèle l’influence d’Harry Callahan et d’Aaron Siskind ; s'y ajoute une attention au temps, à la fragilité des choses et aux détails de la vie.


  • ISHIMOTO, Yasuhiro. Tokyo
    
Tokyo : Chuo Koronsha, 1971
    réf. MEP : M 71 ISH

    Le photographe américano-japonais Yasuhiro Ishimoto avait publié en 1958 Someday Somewhere, jalon majeur de l’histoire du livre photographique. Son travail, centré autour des métropoles, se ressent de sa double culture, entre modernisme et tradition. On y décèle l’influence d’Harry Callahan et d’Aaron Siskind ; s'y ajoute une attention au temps, à la fragilité des choses et aux détails de la vie.


  • ISHIMOTO, Yasuhiro. Tokyo
    
Tokyo : Chuo Koronsha, 1971
    réf. MEP : M 71 ISH

    Le photographe américano-japonais Yasuhiro Ishimoto avait publié en 1958 Someday Somewhere, jalon majeur de l’histoire du livre photographique. Son travail, centré autour des métropoles, se ressent de sa double culture, entre modernisme et tradition. On y décèle l’influence d’Harry Callahan et d’Aaron Siskind ; s'y ajoute une attention au temps, à la fragilité des choses et aux détails de la vie.


  • ISHIMOTO, Yasuhiro. Tokyo
    
Tokyo : Chuo Koronsha, 1971
    réf. MEP : M 71 ISH

    Le photographe américano-japonais Yasuhiro Ishimoto avait publié en 1958 Someday Somewhere, jalon majeur de l’histoire du livre photographique. Son travail, centré autour des métropoles, se ressent de sa double culture, entre modernisme et tradition. On y décèle l’influence d’Harry Callahan et d’Aaron Siskind ; s'y ajoute une attention au temps, à la fragilité des choses et aux détails de la vie.


  • KUWABARA, Kineo. Tokyo Chojitsu (Tokyo Days)
    Tokyo : Asahi Sonorama, 1978.
    réf. MEP : M 78 KUW

    Kineo Kuwabara, qui fut également critique photographique, éditeur, et rédacteur en chef de Camera, a été poussé vers la carrière de photographe par Hiroshi Hamaya. Ses premières photos, prises au Leica, datent de 1931, mais c’est à la fin des années 60 qu’il suscite réellement l’attention. Admiré par Araki, il est depuis considéré comme l’un des plus grands photographes de rue japonais. Ses photos de Tokyo sont d’abord axées sur le quartier de Shimatachi, puis sur l’arrondissement de Setagaya, où il résidait.


  • TANUMA, Takeyoshi. Old Town… The Tokyo of Yesteryear
    Tokyo : Asahi Sonorama, 1980
    réf. MEP : M 80 TAN.1

    Élève d’Ihei Kimura, influencé par Henri Cartier-Bresson, Takeyoshi Tanuma a capturé entre les années 50 et 70 les derniers témoignages du « vrai » Shitamachi (la « ville basse »). Cette zone ancienne de Tokyo, située à l’est de la capitale, était peuplée d’artisans, de petits commerçants, et de lieux de loisirs. Les clichés de Tanuma ont plus particulièrement été pris dans le quartier populaire d’Asakusa.


  • SUDA, Issei. Waga Tokyo 100 (Mon Tokyo 100)
    Tokyo : Nikkor Club, 1979
    réf. MEP : M 79 SUD

    Ce livre rassemble une série majeure de cent photos datées de la fin des années 70, prises par Issei Suda dans Shimatachi, son quartier natal. Il s’agit surtout de portraits dans l’environnement urbain, qui transcendent le quotidien par le moyen du détail, d’une perspective particulière, d’un mouvement, de la lumière. La poésie que capte Suda prend une teinte surréaliste, et son expérience comme photographe de théâtre au début de sa carrière transparaît dans le regard qu’il porte sur les rues de Tokyo.


  • SUDA, Issei. Waga Tokyo 100 (Mon Tokyo 100)
    Tokyo : Nikkor Club, 1979
    réf. MEP : M 79 SUD

    Ce livre rassemble une série majeure de cent photos datées de la fin des années 70, prises par Issei Suda dans Shimatachi, son quartier natal. Il s’agit surtout de portraits dans l’environnement urbain, qui transcendent le quotidien par le moyen du détail, d’une perspective particulière, d’un mouvement, de la lumière. La poésie que capte Suda prend une teinte surréaliste, et son expérience comme photographe de théâtre au début de sa carrière transparaît dans le regard qu’il porte sur les rues de Tokyo.


  • SUDA, Issei. Waga Tokyo 100 (Mon Tokyo 100)
    Tokyo : Nikkor Club, 1979
    réf. MEP : M 79 SUD

    Ce livre rassemble une série majeure de cent photos datées de la fin des années 70, prises par Issei Suda dans Shimatachi, son quartier natal. Il s’agit surtout de portraits dans l’environnement urbain, qui transcendent le quotidien par le moyen du détail, d’une perspective particulière, d’un mouvement, de la lumière. La poésie que capte Suda prend une teinte surréaliste, et son expérience comme photographe de théâtre au début de sa carrière transparaît dans le regard qu’il porte sur les rues de Tokyo.


  • SUDA, Issei. Waga Tokyo 100 (Mon Tokyo 100)
    Tokyo : Nikkor Club, 1979
    réf. MEP : M 79 SUD

    Ce livre rassemble une série majeure de cent photos datées de la fin des années 70, prises par Issei Suda dans Shimatachi, son quartier natal. Il s’agit surtout de portraits dans l’environnement urbain, qui transcendent le quotidien par le moyen du détail, d’une perspective particulière, d’un mouvement, de la lumière. La poésie que capte Suda prend une teinte surréaliste, et son expérience comme photographe de théâtre au début de sa carrière transparaît dans le regard qu’il porte sur les rues de Tokyo.


  • SUDA, Issei. Waga Tokyo 100 (Mon Tokyo 100)
    Tokyo : Nikkor Club, 1979
    réf. MEP : M 79 SUD

    Ce livre rassemble une série majeure de cent photos datées de la fin des années 70, prises par Issei Suda dans Shimatachi, son quartier natal. Il s’agit surtout de portraits dans l’environnement urbain, qui transcendent le quotidien par le moyen du détail, d’une perspective particulière, d’un mouvement, de la lumière. La poésie que capte Suda prend une teinte surréaliste, et son expérience comme photographe de théâtre au début de sa carrière transparaît dans le regard qu’il porte sur les rues de Tokyo.


  • TAKANASHI, Yutaka. Machi (La Ville)
    Tokyo : Asahi Shimbun, 1977
    réf. MEP : BM 77 TAK

    Trois ans après Toshi-e, ouvrage fondateur de l’avant-garde photographique japonaise des années 70, Takanashi, qui fut l’un des principaux animateurs de la revue Provoke, publie avec Machi une série au style très différent. Il abandonne le « nouveau langage photographique » expérimenté auparavant et substitue, à sa vision subjective et contrastée de Tokyo, des images prises à la chambre dans les quartiers traditionnels de la capitale. Les couleurs chaudes, la stabilité des cadrages, très loin des clichés flous et inquiétants de Toshi-e témoignent d’une facette moins connue du travail de Takanashi.


  • NAITO, Masatoshi. Tokyo 1970 – 1985
    Tokyo : Meicho Shuppan, 1985
    réf. MEP : M 85 NAI

    Masatoshi Naito s’intéresse au folklore et aux traditions ésotériques. Dans ce livre, il offre une sorte de récit graphique, entre réel et hallucination. Le photographe perce de son flash la nuit tokyoïte, donnant à voir une population de mendiants, d’ivrognes et de prostituées, égarés dans une ville en pleine modernisation.


  • WATANABE Hitomi. 1968 Shinjuku
    Tokyo : Machikara sha, 2014
    réf. MEP : M 2014 WAT

    La photographe Hitomi Watanabe documente dans ce livre le foyer de contestation politique et de contre-culture que fut le quartier de Shinjuku à la fin des années 60. C’est là qu’elle prit conscience de la réalité de la guerre du Viêt-Nam, et des luttes de l’époque. Les photographies sont imprimées en pleine page et aucun texte ne vient en interrompre le flux : le livre de Watanabe est une véritable immersion dans un lieu et une époque.


  • KITAJIMA Keizo. Photo Express « Tokyo »
    Tokyo : Paorusha, 1980
    réf. MEP : M 80 KIT

    En 1976, Keizo Kitajima et Daido Moriyama ouvrent à Shinjuku la galerie CAMP, premier espace photographique indépendant à Tokyo. Au cours de l’année 1979, en renouvelant chaque mois l’accrochage, Kitajima y montre les clichés de ses errances nocturnes dans le quartier. Les images, des impressions murales, saturent l‘espace du sol au plafond, inaugurant ainsi un nouveau type d’exposition proche du happening. A l’occasion de ce projet baptisé « Photo Express », douze livrets ont été publiés, qui sont rassemblés dans ce livre.


  • KITAJIMA Keizo. Photo Express « Tokyo »
    Tokyo : Paorusha, 1980
    réf. MEP : M 80 KIT

    En 1976, Keizo Kitajima et Daido Moriyama ouvrent à Shinjuku la galerie CAMP, premier espace photographique indépendant à Tokyo. Au cours de l’année 1979, en renouvelant chaque mois l’accrochage, Kitajima y montre les clichés de ses errances nocturnes dans le quartier. Les images, des impressions murales, saturent l‘espace du sol au plafond, inaugurant ainsi un nouveau type d’exposition proche du happening. A l’occasion de ce projet baptisé « Photo Express », douze livrets ont été publiés, qui sont rassemblés dans ce livre.


  • KITAJIMA Keizo. Photo Express « Tokyo »
    Tokyo : Paorusha, 1980
    réf. MEP : M 80 KIT

    En 1976, Keizo Kitajima et Daido Moriyama ouvrent à Shinjuku la galerie CAMP, premier espace photographique indépendant à Tokyo. Au cours de l’année 1979, en renouvelant chaque mois l’accrochage, Kitajima y montre les clichés de ses errances nocturnes dans le quartier. Les images, des impressions murales, saturent l‘espace du sol au plafond, inaugurant ainsi un nouveau type d’exposition proche du happening. A l’occasion de ce projet baptisé « Photo Express », douze livrets ont été publiés, qui sont rassemblés dans ce livre.


  • KITAJIMA Keizo. Photo Express « Tokyo »
    Tokyo : Paorusha, 1980
    réf. MEP : M 80 KIT

    En 1976, Keizo Kitajima et Daido Moriyama ouvrent à Shinjuku la galerie CAMP, premier espace photographique indépendant à Tokyo. Au cours de l’année 1979, en renouvelant chaque mois l’accrochage, Kitajima y montre les clichés de ses errances nocturnes dans le quartier. Les images, des impressions murales, saturent l‘espace du sol au plafond, inaugurant ainsi un nouveau type d’exposition proche du happening. A l’occasion de ce projet baptisé « Photo Express », douze livrets ont été publiés, qui sont rassemblés dans ce livre.


  • KITAJIMA Keizo. Photo Express « Tokyo »
    Tokyo : Paorusha, 1980
    réf. MEP : M 80 KIT

    En 1976, Keizo Kitajima et Daido Moriyama ouvrent à Shinjuku la galerie CAMP, premier espace photographique indépendant à Tokyo. Au cours de l’année 1979, en renouvelant chaque mois l’accrochage, Kitajima y montre les clichés de ses errances nocturnes dans le quartier. Les images, des impressions murales, saturent l‘espace du sol au plafond, inaugurant ainsi un nouveau type d’exposition proche du happening. A l’occasion de ce projet baptisé « Photo Express », douze livrets ont été publiés, qui sont rassemblés dans ce livre.


  • NAKAI Hiroyasu. Gay in Shinjuku 1978
    s.l. : Grafica, 2008.
    réf. MEP : M 2008 NAK

    Gay in Shinjuku, 1978, présente la communauté homosexuelle de Shinjuku, à travers une série de portraits en couleur et en noir et blanc. Son auteur, Hiroyashu Nakai, fut membre de la galerie CAMP et un ami proche de Moriyama avec qui il collabora. Il appartient à la mouvance photographique et culturelle née autour de la revue Provoke.


  • WATANABE, Katsumi. Hot Dog Shinjuku 1999 -2000
    Tokyo : Wides Shuppan, 2001
    réf. MEP : M 2001 WAT.1

    Les photographies de Katsumi Watanabe sont celles d’un véritable initié, qui témoigne de la transformation progressive de Shinjuku, du milieu des années 60 aux années 2000. Jusqu’en 1970, Watanabe effectue sur commande le portrait d’hôtesses, de drag queens, de gangsters saisis dans la rue, qu’il développe le soir-même et livre le lendemain à ses commanditaires. Son travail ultérieur reste axé sur le thème du portrait de rue, capté de manière plus instantanée.


  • HOMMA, Takashi. Tokyo Suburbia
    Kyoto : Korinsha Press, 1998
    réf. MEP : M 98 HOM

    Avec ce livre sur la banlieue tokyoïte, Takashi Homma offre une vision de la ville très éloignée des images contrastées, denses et agitées habituellement attachées à la capitale japonaise. Les couleurs douces, les compositions posées et claires rendent compte du paysage de manière neutre et discrète. On peut y lire en filigrane une méditation sur l’uniformisation des villes et la globalisation du phénomène d’étalement urbain.


  • HOMMA, Takashi. Tokyo Suburbia
    Kyoto : Korinsha Press, 1998
    réf. MEP : M 98 HOM

    Avec ce livre sur la banlieue tokyoïte, Takashi Homma offre une vision de la ville très éloignée des images contrastées, denses et agitées habituellement attachées à la capitale japonaise. Les couleurs douces, les compositions posées et claires rendent compte du paysage de manière neutre et discrète. On peut y lire en filigrane une méditation sur l’uniformisation des villes et la globalisation du phénomène d’étalement urbain.


  • HOMMA, Takashi. Tokyo Suburbia
    Kyoto : Korinsha Press, 1998
    réf. MEP : M 98 HOM

    Avec ce livre sur la banlieue tokyoïte, Takashi Homma offre une vision de la ville très éloignée des images contrastées, denses et agitées habituellement attachées à la capitale japonaise. Les couleurs douces, les compositions posées et claires rendent compte du paysage de manière neutre et discrète. On peut y lire en filigrane une méditation sur l’uniformisation des villes et la globalisation du phénomène d’étalement urbain.


  • HOMMA, Takashi. Tokyo Suburbia
    Kyoto : Korinsha Press, 1998
    réf. MEP : M 98 HOM

    Avec ce livre sur la banlieue tokyoïte, Takashi Homma offre une vision de la ville très éloignée des images contrastées, denses et agitées habituellement attachées à la capitale japonaise. Les couleurs douces, les compositions posées et claires rendent compte du paysage de manière neutre et discrète. On peut y lire en filigrane une méditation sur l’uniformisation des villes et la globalisation du phénomène d’étalement urbain.


  • HOMMA, Takashi. Tokyo Suburbia
    Kyoto : Korinsha Press, 1998
    réf. MEP : M 98 HOM

    Avec ce livre sur la banlieue tokyoïte, Takashi Homma offre une vision de la ville très éloignée des images contrastées, denses et agitées habituellement attachées à la capitale japonaise. Les couleurs douces, les compositions posées et claires rendent compte du paysage de manière neutre et discrète. On peut y lire en filigrane une méditation sur l’uniformisation des villes et la globalisation du phénomène d’étalement urbain.


  • WOLF, Michael. Tokyo Compression
    Hong Kong /Berlin : Asia One Books / Pepperoni Books, 2010
    réf. MEP : M 2010 WOL.2

    La série Tokyo Compression, du photographe allemand Michael Wolf, peut être considérée comme un documentaire critique sur la capitale japonaise. Immortalisés dans les wagons du métro de Tokyo, les visages écrasés contre la vitre de toute une population affairée révèlent un mode de vie inhumain et aliénant.


  • William KLEIN. Tokyo
    New York : Crown Publishers, 1964
    réf. MEP : BM 64 KLE.2

    Après son portrait photographique de New York (1959), William Klein découvre Tokyo en 1961, dans l’effervescence précédant les Jeux Olympiques, et y réalise une série de clichés qu’il publie en 1964 dans un livre qui fait date. Vie nocturne, palais impérial, prostituées, danse Buto, foule dans le métro…tous ces instantanés de la ville sont présentés sous une forme ample et structurée de manière remarquablement expressive.

À découvrir aussi

×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...