• © Anastasia Khoroshilova
  • © Anastasia Khoroshilova
  • © Anastasia Khoroshilova
  • © Anastasia Khoroshilova
  • © Anastasia Khoroshilova
  • © Anastasia Khoroshilova

Maison Européenne de la Photographie

Anastasia KhoroshilovaStarie Novosti (Vieille Actu)


En 2010, Anastasia Khoroshilova part à la rencontre des mères d’enfants disparus en 2004, lors de la sanglante prise d’otage de l’école numéro 1 de Beslan, dans le nord caucase en Russie.

De ces rencontres, elle réalise une installation mixant leurs portraits quasi grandeur nature et les enregistrements télévisés de l’époque, disposés dans de grands caissons lumineux, tels des caisses de transport militaire, déposés là, temporairement.

A travers ce travail Starie Novosti, Anastasia Khoroshilova met précisémment en exergue la temporalité et le caractère éphémère de l’information d’un tel événement.

Par là même, elle s’interroge sur la façon dont les médias la traitent et dont la société l’efface de sa mémoire collective.

Il y a tout juste 10 ans, entre le 1er et le 3 septembre, Beslan devient subitement une scène médiatique internationale. Plus de 1000 personnes  (enfants, parents et corps enseignant) sont détenus en otages par les séparatistes tchétchènes. 344 d’entre eux périront, dont 186 enfants. De cet événement surmédiatisé en direct et dans les jours qui suivirent, que reste-t-il ?

Comment la compassion et l’empathie laissent-elles place à l’oubli ?

En se projetant dans l’individu et dans son histoire tragique, Anastasia Khoroshilova dirige la conscience collective vers les cicatrices psychiques des personnes :

«Ce travail me permet d’explorer les mécanismes de la mémoire, mémoire collective tout autant que mémoire individuelle. Comment le phénomène de l’exclusion d’un individu, dans le cas présent des victimes de Beslan, se forme-t-il ? A quelle vitesse l’homme peut-il oublier ses sentations et ses réactions à des événements ? A quelle vitesse la société refoule-t-elle ou oublie-t-elle tout ce qui transforme ses attributs et modifie sa structure ? Comment s’adapte-t-elle aussi rapidement et même inconsciemment à la cadence accélérée des agences de presse et des mass medias ?»

 

PARTAGEZ…

Partagez votre visite de l’exposition sur FacebookTwitter et Google+ !
#Khoroshilova

 

×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...