Cycle de projections — <em>Le sport en images</em>

Cycle de projections — Le sport en images

Pour célébrer les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris et du tournoi de Roland-Garros, la MEP met à l'honneur les sportif·ves à travers un cycle de trois films autour du sport.

Auditorium

Réservation obligatoire sur la billetterie en ligne – rubrique événements.

Le billet pour l’événement donne également accès aux expositions.

Tout public.

Depuis le début de l’histoire du cinéma, le sport a toujours intéressé les réalisateur·ices.
Le cinéma naît en 1895. L’année suivante, Athènes accueille les premiers Jeux Olympiques modernes. Les frères Lumière ont filmé le foot, le vélo ou des sports plus originaux comme la course en sac. Le premier long-métrage de boxe est sorti en 1897, alors que ce format n’existait pas encore.

L’alliance entre le sport et le cinéma a produit, au fil des siècles, de films devenus classiques.

Ce cycle de projections vous invite à découvrir deux regards portés sur le sport.

Image en une : William Klein, Muhammad Ali the greatest © Films Paris-New York

Programme

William Klein, The French © Studio William Klein

Jeudi 20 juin 2024 – 19h

The French, William Klein, 2h10, 1982

Dans le circuit des tournois mondiaux, Roland Garros est appelé The French Open, ou plus simplement, The French. Pendant deux semaines, Paris et la France entière vivent au rythme de cet étonnant happening sportif où, les plus grand·es champion·nes jouent non-stop jusqu’à 50 matches par jour. C’est ce French que William Klein a pu filmer en toute liberté en 1981. Des vestiaires aux salles de massage, salons de réception, studios de télé, tribunes, chaise d’arbitres, portes d’entrées, stands, les caméras ont fouillé partout. Des images rares, mille et un détails, mille et une anecdotes insolites. Un film qui montre comme on ne l’a jamais vu, le monde du tennis.

William Klein, Muhammad Ali the greatest © films Paris-New York

Samedi 13 juillet 2024 – 18h

Muhammad Ali the Greatest, William Klein, 1h50, 1964

En 1964, Cassius Clay devient champion du monde de boxe, catégorie poids lourds. Une date dans l’histoire du sport, et surtout, une date dans la prise de conscience des personnes Noires aux États-Unis. Au lendemain de sa victoire, il défie l’Amérique en se déclarant Black Muslim, changeant son nom de Cassius Clay en Mohammad Ali. Il faisait son entrée fracassante sur la scène américaine, prenant constamment le pays à rebrousse-poil, à contre-pied. Le premier champion noir à se déclarer libre. Cela lui a finalement coûté son titre, trois années de chômage forcé, et plusieurs millions de dollars. 10 ans après à 32 ans, il va se mesurer à l’imbattable démolisseur, Georges Foreman. Autour de ce premier championnat du monde en Afrique Noire, de cette aventure politico-économique montée par Mobutu. Au cours de cet invraisemblable happening planétaire où Ali, de martyr est devenu héros, a retrouvé sa gloire, sa couronne, sa légende.