• Paris © Jean-Christophe Ballot
  • Échangeur du pont de Nanpu Bridge, Shanghai, 2006. Collection MEP, don de l'auteur © Jean-Christophe Ballot
  • Chicago Theater sur State Street, Chicago, 2006. Collection MEP, don de l'auteur © Jean-Christophe Ballot
  • Ancienne raffinerie de sucre, Ostrowiec, Pologne, 2001. Collection MEP, don de l'auteur © Jean-Christophe Ballot
  • Nanjing Road, Shanghai, 2006 (triptyque). Collection MEP, don de l'auteur © Jean-Christophe Ballot

Maison Européenne de la Photographie

Jean-Christophe BallotUrban Landscapes, de Berlin à Shanghai


Depuis une vingtaine d'années, Jean-Christophe Ballot travaille sur le paysage urbain, réalisant des "portraits de villes". Il aborde la dimension scénique et symbolique de l'espace public, les tensions urbaines issues de la rencontre des masses architecturales, qui deviennent alors les acteurs de ses compositions.

Depuis une vingtaine d’années, Jean-Christophe Ballot travaille sur le paysage urbain, réalisant des « portraits de villes ». Il aborde la dimension scénique et symbolique de l’espace public, les tensions urbaines issues de la rencontre des masses architecturales, qui deviennent alors les acteurs de ses compositions. Utilisant une chambre photographique grand format, Jean-Christophe Ballot interroge la mémoire des lieux et révèle leur théâtralité en portant un regard tout à la fois contemplatif et inspiré sur l’architecture des villes.
Architecte de formation, Jean-Christophe Ballot poursuit une double activité de photographe et de cinéaste (principalement des documentaires).

« J’ai suivi des études d’architecture, d’où peut être cette attirance à traiter des espaces en images et ce désir à me mesurer, voir à affronter la dimension monumentale de certaines architectures. Mon regard ordonne, sans jamais être réducteur, la complexité de l’espace. […]

J’ai emprunté de multiples chemins de traverses. J’ai plongé au plus profond d’architectures comme celle du Louvre ou de la Bibliothèque Nationale, parcouru les itinéraires de Saint-Jacques de Compostelle ou cherché l’esprit du mont Athos. J’ai fait le portrait des bordels de Surabaya, du plus riche au plus pauvre. Je me suis laissé entraîner dans l’Eau grande de la Maine près d’Angers où la fluidité des crues questionne l’enracinement de l’arbre et le mouvement du ciel. Multipliant les champs de mes interrogations, de mes expériences, avec sans cesse, cependant, ce retour à la ville comme les ponctuations d’une recherche qui n’a qu’un seul maître : l’espace et les vies intenses qui le font exister. […]

J’aborde la dimension scénique et symbolique de l’espace public et les tensions urbaines issues de la rencontre des masses architecturales. Le paysage urbain devient alors un fantastique décor, un théâtre où se donne chaque jour une représentation. Mes images interrogent la mémoire, elles portent l’histoire de la ville, de la sédimentation urbaine. Quelque chose de l’ordre de la mutation et de la trace est à l’œuvre dans mon travail. A l’opposé du photojournalisme, mes images ne s’inscrivent en rien dans l’actualité, mais en deçà et au-delà dans une distance historiée. Je travaille à la chambre 4’x5′ et je choisis généralement la frontalité pour aborder mes sujets. Je privilégie ainsi les formes, les masses, les lignes et les surfaces. C’est en architecte que je construis mes images. […]

Dans une civilisation de production et de consommation expéditive d’images, l’art nous informe que notre seule chance de ne pas en devenir les jouets est la pose, la lenteur de notre regard qui observe et relie. Ma démarche consiste à proposer une image qui appartient à un ordre contemplatif, qui « prend » du temps et vient de loin, échappe à toute forme de mode ou d’injonction visuelle et semble habitée par l’absence de l’homme. »

Jean-Christophe Ballot

×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...