• Anonyme, Enterrement orthodoxe dans la région de Dardha, sans date
  • Jeune femme musulmane, 1884 © Pjetër Marubi
  • Barbier (peut-être toilette mortuaire), ca. 1910-1915 © Kel Marubi
  • Paysans de la Zadrina, nord de l’Albanie , ca. 1900-1915 © Kel Marubi
  • Portrait de femme, ca.1930 © Kristaq Sotiri

Maison Européenne de la Photographie

L’age d’or de la photographie albanaiseLa dynastie Marubi et les rhapsodes de lumière 1958-1945


Avec l'exposition L'âge d'or de la photographie albanaise (1858-1945), la Maison Européenne de la Photographie présente un siècle d'images exceptionnelles et évocatrices d'un pays européen que le vent de l'histoire a largement soumis aux influences orientales de l'empire ottoman. Portraits de héros ou d'anonymes, compositions de studio, paysages, veillées funèbres chrétiennes ou musulmanes, scènes de la vie quotidienne.

L’Albanie ne figure pas dans l’histoire mondiale de la photographie. Elle possède pourtant un patrimoine photographique unique dans les Balkans.

Avec l’exposition L’âge d’or de la photographie albanaise (1858-1945), la Maison Européenne de la Photographie présente un siècle d’images exceptionnelles et évocatrices d’un pays européen que le vent de l’histoire a largement soumis aux influences orientales de l’empire ottoman. Portraits de héros ou d’anonymes, compositions de studio, paysages, veillées funèbres chrétiennes ou musulmanes, scènes de la vie quotidienne.

L’Albanie, qui a subi l’un des régimes les plus totalitaires pendant près d’un demi-siècle, fut aussi le pays des aèdes, voyageurs et conteurs à l’intarissable mémoire dont l’origine remonte aux temps homériques. Dignes successeurs de ces poètes, les premiers photographes albanais, ces rhapsodes de lumière, font le récit en image d’un monde où l’histoire le dispute à la légende.

L’histoire de la photographie albanaise commence avec un Italien, Pietro Marubi, garibaldien qui, fuyant la répression, vient trouver refuge en Albanie. Il s’installe à Shkodra où il ouvre le premier studio photographique du pays en 1858. Trois générations s’y succèdent constituant ainsi la dynastie des Marubi. Dans leur studio, toute la société albanaise prend la pose, inlassablement, devant des décors peints : mendiants, artisans, intellectuels, hommes politiques, et jusqu’à la cour du roi Zog. Sur environ un siècle, les Marubi accumulent plus de 120 000 négatifs.

Mais la photographie albanaise ne se résume pas à cette seule famille de photographes. Plusieurs dizaines d’autres artistes travaillent en Albanie à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Les fonds photographiques qu’ils constituent montrent la diversité politique, culturelle, sociale et religieuse de l’Albanie au tournant d’une période cruciale pour le pays, de l’empire ottoman finissant à l’indépendance difficilement acquise. On peut noter particulièrement, dans un pays où cohabitent trois confessions, les photographies funéraires qui instituent un véritable rituel photographique.

Comme art et médium privilégiés de l’âge industriel, la photographie institue de nouveaux rituels sociaux. Elle est l’image que l’homme moderne occidental veut conserver du monde et celle qu’il veut donner de lui-même. Le rôle de la photographie dans l’histoire de l’Albanie, à l’aube de son indépendance, est-elle la marque d’une rupture avec Istanbul ou le résultat d’un processus de modernisation déjà présent au cour même de la civilisation ottomane ? Chose certaine, en Albanie, le sentiment d’identité nationale et le développement de la photographie se sont nourris mutuellement et s’éclairent l’un l’autre.

La soixantaine de tirages sélectionnés pour cette exposition sont le résultat de plusieurs années de recherches. Elles ont permis d’exhumer quelques milliers de photographies des différents fonds photographiques albanais publics ou privés, connus ou méconnus.
À l’âge d’or de la photographie albanaise a succédé un âge de fer. Aujourd’hui, après un demi-siècle de totalitarisme, c’est une partie importante de sa mémoire et de son patrimoine que l’Albanie redécouvre et donne à voir à travers cette exposition.

Commissaires : Loïc Chauvin et Christian Raby

Exposition organisée en collaboration avec l’Ambassade d’Albanie à Paris et avec le soutien du groupe d’amitié France-Albanie du Sénat.

 

Autour de l’exposition

Catalogue : Un catalogue, édité par Écrits de lumière, accompagne l’exposition.

×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...