L’art interpolaire

L’art interpolaire
Marko Peljhan, Le projet I-TASC

Pour sa 9e édition, @rt Outsiders propose un focus sur le projet I-TASC (Interpolar Transnational Art Science Constellation), réalisé à l'occasion de l'Année Polaire Internationale 2007-2008.

La MEP

Démarrée officiellement au mois de mars 2007, l’Année Polaire Internationale (API) s’achèvera durant l’été 2009. De nombreux projets et initiatives voient le jour avec le souci de mieux connaître les processus polaires et leurs liens à l’échelle globale. Les projets de l’API pourront-ils marquer les consciences de leur exemplarité face à l’enjeu environnemental ?

À ce type de question, le projet I-TASC (Interpolar Transnational Art Science Constellation) a choisi de répondre en lançant une collaboration ouverte pour le développement ambitieux d’un prototype de station polaire nouvelle génération. La future station “LADOMIR” (de LAD, “harmonie”, “créature vivante”, et MIR, “paix”, “monde”, “univers”) recherchera l’exemplarité en termes d’impact zéro sur l’environnement et d’usages raisonnés des technologies : énergies renouvelables, systèmes biologiques, recyclage des eaux usées, usage des logiciels libres et technologies “open source”, systèmes de capteurs et gestion intégrée de l’auto-suffisance, mise à disposition de tous et à tout instant des données environnementales collectées. La station LADOMIR sera développée et testée en Arctique en partenariat avec la société de production cinématographique Isuma Igloolik Productions et définitivement installée par I-TASC dans la région Dronning Maud Land en Antarctique.

Piloté par l’artiste slovène Marko Peljhan, I-TASC est un réseau décentralisé d’individus et d’organisations travaillant de manière collaborative dans les domaines de l’art, de l’ingénierie, de la science et des technologies. I-TASC a pour but de mener des opérations de sensibilisation des publics sur les questions environnementales et énergétiques ; de mettre en place des unités de vie mobiles et infrastructures polaires sans impact sur l’environnement ; le déploiement d’un micro-satellite de collecte de données environnementales en orbite polaire ; et de servir de plate-forme pour le développement de collaborations dynamiques entre scientifiques, artistes et techniciens des médias numériques oeuvrant dans les domaines des télécommunications, migrations et climatologie.

Le projet I-TASC est l’aboutissement du projet MAKROLAB (1997-2007), un laboratoire mobile auto-suffisant qui s’est installé pour des périodes de trois mois dans diverses régions du globe (Ile de Rottnest en Australie, Highlands en Ecosse, Lagune de Venise, etc.) et qui avait pour fonction d’accueillir en résidence des artistes, scientifiques et techniciens des médias numériques œuvrant dans les domaines des télécommunications, migrations et climatologie.

www.art-outsiders.com