• Marc Lathuillière, La société du musée - Jean Lorentz, président, société Schongauer, Musée Unterlinden, Colmar (Haut-Rhin) , 2010 ©Marc Lathuillière
  • Marc Lathuillière, La transhumance - Stéphane Chetrit, éleveur de brebis laitières, Artouste (Pyrénées Atlantiques) , 2010 ©Marc Lathuillière
  • Marc Lathuillière, Sur la plage du Carlton - Christian Toussaint, producteur, et Melissa Mourer Ordener, comédienne, Festival de Cannes (Alpes Maritimes) , 2010 ©Marc Lathuillière
  • Marc Lathuillière, La viande de qualité - Alain Daire, boucher, Cunlhat (Puy-de-Dôme) , 2008 ©Marc Lathuillière
  • Marc Lathuillière, La Bretonne - Cécile Lavanant, statisticienne, Cercle celtique Korollerien Laeta, Festival des Genêts d’Or, Bannalec (Finistère) ©Marc Lathuillière
  • Marc Lathuillière, Le compagnon du Tour de France - Yamine Ouarti, apprenti charpentier, Ruvigny (Aube) ©Marc Lathuillière

Galerie Binôme

Marc LathuillièreMusée National


Le Produit France #2

Depuis 2012, Michel Houellebecq et le photographe Marc Lathuillière entretiennent un dialogue prospectif sur la France, sa muséification sous l’effet du tourisme et sa représentation en image. Cet échange donne aujourd’hui lieu à une double exposition : Le produit France. Au Pavillon Carré de Baudouin, Marc Lathuillière présente, en tant que commissaire, les photographies par lesquelles, depuis le début de son parcours, l’auteur de La carte et le territoire, construit son rapport à la France. A la Galerie Binôme, le photographe expose sa série Musée national, accompagnée du texte que, se faisant pour la première fois critique d’un artiste, Michel Houellebecq a écrit sur ce travail de dix ans à travers l’Hexagone.

Vaste projet photographique entamé en 2004, Musée national porte un regard déstabilisant sur les liens des Français à leurs «lieux de mémoires» et la construction de leur imaginaire collectif. Un questionnement mené en forme d’inventaire au travers de portraits contextuels de personnages archétypiques portant un masque, toujours le même. En dix ans, dans une trentaine de départements, plus de cinq cents personnes, de l’artisan anonyme aux élites et célébrités nationales, ont ainsi accepté de se faire photographier en portrait masqué.

Le dispositif met en exergue, et en doute, tout le hors visage de la représentation : costume, mobilier, architecture, territoire, geste professionnel ou rituel du quotidien. Manifestant le caractère figé des référents auxquels s’identifient aujourd’hui les Français, le projet est aussi une réflexion critique sur la manière dont la photographie, par l’illusion documentaire, formate une mémoire des racines et du fragment.

 

Commissariat : Valérie Cazin

 

Galerie Binôme

×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...