• Plage, 2008 © Marie Bovo. Courtesy the artist and kamel mennour, Paris
  • Cour intérieure, 26 septembre 2008 © Marie Bovo. Courtesy the artist and kamel mennour, Paris
  • Cour intérieure, 30 août 2008 © Marie Bovo. Courtesy the artist and kamel mennour, Paris
  • Grisailles 225, 2010 © Marie Bovo. Courtesy the artist and kamel mennour, Paris
  • 18h50, Bab-el-Louk, 2007 © Marie Bovo. Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

Maison Européenne de la Photographie

Marie Bovo"Sitio"


L'artiste présente à la Maison Européenne de la Photographie trois ensembles d'ouvres récentes qui marquent un tournant dans son travail en raison d'une plus large place accordée à l'architecture.

Marie Bovo a longtemps photographié l’étrange lumière de la nuit : les néons et les enseignes japonaises, dont les éclats colorés brûlent et trouent l’obscurité, mais aussi la pâle lueur de la Lune et des étoiles. De ces images, les humains sont absents, comme chassés de ce paradis de plages méditerranéennes où l’artiste a installé sa chambre photographique. L’obturateur ouvert dilate le temps, fait cohabiter plusieurs temporalités – celle de la ville des hommes, demeurée hors champ mais dont on devine les éclairages électriques ; celle, plus mythologique, de la nature, de la mer, du ciel et de la terre. Les photographies de Marie Bovo jouent de l’entre-deux, de la dualité, de l’antinomie.

L’artiste présente à la Maison Européenne de la Photographie trois ensembles d’ouvres récentes qui marquent un tournant dans son travail en raison d’une plus large place accordée à l’architecture. Dans la série « Bab-el-Louk » (2006), elle installe son appareil sur le toit d’un immeuble élevé du Caire. Elle braque son objectif vers les maisons en contrebas, dont on ne perçoit que les toits-terrasses en raison du dense maillage urbain. L’artiste photographie cette même vue à diverses heures du jour et de la nuit : la ville est à chaque fois la même et différente. Écrasée par un soleil de plomb aux heures chaudes, elle renaît dans la fraîcheur de la nuit. Ces toits-terrasses, « ce n’est pas encore dehors et pourtant ce n’est plus la stricte intimité de la maison. Ce sont des espaces intermédiaires, des intercesseurs entre les diverses dimensions de la ville », nous dit l’artiste.

Les « Cours intérieures » (2008) que Marie Bovo photographie dans un quartier populaire de Marseille sont pareillement des espaces intermédiaires entre la rue et la maison. Cette fois-ci, l’objectif est dirigé non plus vers le bas mais vers le haut, à la verticale de ces « puits » où la lumière pénètre peu et où le long temps de pose capture, sous la forme d’un rectangle immaculé, le ciel qui se déploie au-dessus. Il y a quelque chose de la cathédrale et du sentiment d’élévation dans ces images, et le linge suspendu aux cordes apparaît comme autant d’anges baroques. Cette référence à la peinture ancienne se perçoit dans l’intitulé des « Grisailles » (2010), série réalisée sous les porches qui, dans les mêmes immeubles, conduisent aux cours. Selon un protocole de prise de vue très similaire, ce sont cette fois-ci les plafonds écaillés, au relief lunaire et au moulures blessées, qui témoignent de l’histoire des lieux : ce sont là des habitats autrefois cossus et désormais pauvres, pour lesquels l’artiste évoque « une forme de résistance pasolinienne à l’espace bourgeois ».

×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...