• © Pierre Reimer. Courtesy galerie du jour agnès b.
  • © Pierre Reimer. Courtesy galerie du jour agnès b.
  • © Pierre Reimer. Courtesy galerie du jour agnès b.
  • © Pierre Reimer. Courtesy galerie du jour agnès b.
  • © Pierre Reimer. Courtesy galerie du jour agnès b.

Maison Européenne de la Photographie

Pierre Reimer


Pierre Reimer vit à Paris et travaille à Descartes (Indre-et-Loire). En dehors de ses travaux photographiques et filmiques, Reimer fabrique de temps en temps des objets : ballons gonflables, voiture, talking objects etc. Il a commencé à exposer à la Galerie Agathe Gaillard en 1988, puis à la Galerie du Jour Agnès b. à partir de 2002. Il présente à la Maison Européenne de la Photographie une trentaine d’œuvres qui évoquent un quotidien trouble, parfois familier, souvent déroutant, toujours inattendu.

Si les photographies de Pierre Reimer vous semblent quelque peu perturbantes, c’est qu’elles ont été prises à votre endroit, et qu’elles en ont profité pour vous voler votre place. Une fois installées chez vous, elles vous dépossèdent consciencieusement de toute velléité d’emprise. La photographie n’est plus cet animal domestique propre à reconnaître son maître et lui ramener le bâton du sens.

Le petit oiseau sent le fauve, une chimère qui malaxe le fond et la forme. La photographie retourne à l’état de nature (brousse, terrain vague). Elle se replie sur elle-même pour former une sphère ou une particule d’un âge indéfini : une chose. Au lieu d’être décomposable en éléments reconnaissables par son visiteur, elle décide de se recomposer une figure et pointe un masque narquois. Puis elle se met à bouger, mais de l’extérieur. Elle sort de ses gonds, produit des mouvements aberrants, accroche à elle des objets, joujoux, petits articles ne pouvant servir à rien. Enfin, et c’est peut-être le pire, elle s’invite dans nos paysages réels, les assiège et y proclame les lois inhumaines d’un œil sans corps, qui peut aller n’importe où et ranger à la diable. Au fin du fin, la photographie se fait écran total.

Même s’il parait douteux que quelqu’un puisse en être l’auteur, Pierre Reimer reste le responsable de ces objets aux intentions improbes présentés à la Maison Européenne de la Photographie du 2 septembre au 31 octobre 2015. Une autre exposition, non sans lien, est prévue à l’automne à la Galerie du Jour Agnès b.

Pierre Eugène

 

 

En collaboration avec

galerie-du-jour

 

MÉCÉNAT DE COMPÉTENCE

Traduction des textes d’exposition réalisée grâce au mécénat de compétence de l’agence THOMAS-HERMÈS

Logo Thomas-Hermes

 

×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...