Yohji Yamamoto
May I help you ?

La MEP

Yohji Yamamoto

De 1995 à 2000, les collections de Yohji Yamamoto ont été photographiées par Craig Mc Dean, David Sims, Paolo Roversi, Inez Van Lamsweerde et Vinoodh Matadin, sous la houlette graphique de l'agence parisienne M/M.

L'exposition

Image

De lui, on dit ou l’on écrit… Ambigu, anarchique, artiste, charismatique, courtois, dérangeant, différent, élégant, énigmatique, excentrique, féministe, généreux, génial, hors-mode, iconoclaste, inclassable, intellectuel, intelligent, intransigeant, introverti, japonais, libre, lyrique, maître, minimaliste, moderne, mystérieux, paradoxal, poète, provocateur, punk, radical, raffiné, rebelle, rigoureux, romantique, séducteur, sexy, silencieux.

Yohji Yamamoto, qui s’était passé d’image depuis les débuts de sa Y’s Company Ltd, en 1972, décide de communiquer, mais différemment. C’était en 1984 et Marc Ascoli, jeune directeur artistique venu des relations publiques, avait tout à prouver. Marc Ascoli va dénicher de jeunes débutants comme lui et extérieurs à la mode. Pour les toutes premières prises de vue de la collection automne-hiver 1984-1985, Max Vadukul dut demander une avance pour s’équiper à la hâte d’un appareil photo digne de ce nom. Il n’empêche que ses images en noir et blanc, irréelles, réalisées dans les rues de Manhattan, remplissent leur contrat, se démarquant des visuels policés des maisons parisiennes de l’époque.

L’hiver suivant, c’est Paolo Roversi qui crée l’image référence de Yohji, avec une silhouette de femme androgyne, coiffée d’un immense chapeau et photographiée de côté, les deux mains jointes sur une canne.

Suivront six saisons de catalogues inoubliables, avec les photos de Nick Knight. À chaque catalogue, le photographe doit intervenir comme un filtre, se détacher du style de Yohji et faire intervenir sa propre créativité pour apporter un autre regard.

De 1995 à 2000, les collections de Yohji Yamamoto ont été photographiées par Craig Mc Dean, David Sims, Paolo Roversi, Inez Van Lamsweerde et Vinoodh Matadin, sous la houlette graphique de l’agence parisienne M/M.