Restitution Stage – Cartographie Imaginaire

Restitution Stage – Cartographie Imaginaire

Le stage proposait aux enfants de 6 à 11 ans d’explorer les espaces de manière créative par un jeu de montage photographique. Ils et elles ont été invité·es à porter un nouveau regard sur l’espace public – les façades, les rues, les jardins à proximité de la MEP – pour créer une cartographie imaginaire dans laquelle le jeu des formes et les lignes des images transforme les espaces.

En partant de la découverte de la photographie d’architecture et du paysage et de la présentation de certains photographes (Lucien Hervé, Albert Renger-Patzsch, Germaine Krull, Jan Dibbets), les enfants ont compris l’importance des lignes de force, de la composition et du cadrage. Chacun·e muni d’un appareil photo, ils et elles ont alors réalisé plusieurs exercices dans l’espace urbain à proximité de la MEP, cherchant à faire correspondre des lignes architecturales fortes et la ligne d’un ruban rouge ou à créer des dialogues entres deux images à partir de leur premier plan.

Dans un second temps, les enfants ont été invité·es à collecter des images, en extérieur, en suivant différentes consignes de composition. Ce travail de collecte photographique réalisé en noir et blanc a ensuite été édité, imprimé et mis en commun. Il a ainsi permis à chacun·e de piocher le matériau d’une composition, un chemin imaginaire qui passerait d’une image à l’autre par ces lignes fortes. Ces grandes compositions de tirages photographiques ont alors été complétées par un titre, ou même une histoire, révélant la cartographie imaginaire de chaque enfant.

Avec la participation de : Anouk (8 ans), Bethsabée (10 ans), Constance (10  ans), Daniel (7 ans), Leo (6 ans), Lou (8 ans), Naé (6 ans), Rose (8 ans), Sarah (9 ans)

Stage atelier conçu et animé par Camille Entratice, artiste photographe, Ghyslaine Badezet et Florence Pillet pour le service culturel et pédagogique de la MEP.

____________________

Formée à l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, Camille Entratice s’oriente vers la création photographique et vidéo qu’elle présente lors d’expositions et résidences d’artistes et mène en parallèle des projets participatifs autour du portrait et de l’autofiction. Elle explore un certain rapport au monde entre fiction et investigation, mêlant l’intime et le poétique à une recherche documentaire. Photographie et vidéo sont des médiums qui lui permettent de créer des divergences poétiques à partir d’enregistrements bruts du réel. Elle travaille actuellement sur l’écriture de son premier long métrage documentaire de création.

____________________

Avec le soutien de

Les actions pédagogiques de la MEP à destination du jeune public bénéficient du soutien de la Fondation d’entreprise Neuflize OBC.