• Smaïl Kanouté, Yasuké Kurosan © Smaïl Kanouté

Maison Européenne de la Photographie

Smaïl KanoutéYasuke Kurosan, le samouraï noir au Japon


À la fois plasticien, danseur et chorégraphe professionnel, Smaïl Kanouté présente Yasuke Kurosan, Le samouraï noir au Japon, sa nouvelle création inspirée de la vie de Yasuke Kurosan, esclave africain arrivé au pays du soleil levant à la fin du XVIe siècle qui s’est vu exceptionnellement accordé le statut de samouraï.

À la frontière entre fiction et documentaire, Smaïl Kanouté construit un récit initiatique sur les traces d’une légende retrouvée. L’écriture chorégraphique de Smaïl Kanouté raconte la métamorphose du corps courbé de l’esclave en un corps fier et droit du samouraï et crée ainsi la rencontre entre la danse africaine et l’Art du Bushido (code d’honneur des Samouraïs).

À travers des rites, des cérémonies dansées, des visites de lieux spirituels et symboliques, Smaïl Kanouté s’inspire de l’aïkido, du bushido, de la cérémonie du thé, ou encore du Butô (danse contemporaine japonaise) pour explorer à la fois une danse, une énergie et un état d’esprit.

Le triptyque de court-métrages dansés dont cette vidéo fait partie est présenté en continu tous les samedis et dimanches à l’auditorium de la MEP de 14h à 18h.

Le triptyque traite de la condition de la communauté noire à travers le monde et à différentes époques.

Le premier volet du triptyque « Never Twenty One » est un hommage aux victimes des violences liées aux armes à feu dans le Bronx. Le deuxième volet « Yasuke Kurosan », présenté actuellement au Studio de la MEP, parle du métissage afro-japonais et de l’histoire de l’esclave Yasuke devenu samouraï. Enfin, le dernier film, « So Ava », explore la philosophie des danses vaudoues de la communauté lacustre de Sô Ava au Bénin, à travers la ré-interprétation du lien entre l’invisible, le spirituel et la danse.

Yasuke Kurosan, Le samouraï noir au Japon, co-réalisé par Smaïl Kanouté et Abdou Diouri et filmé par Abdou Diouri


Smaïl Kanouté est un artiste français basé à Paris. Après des études d’art graphique à l’ENSAD, il poursuit un travail autour de la danse, de la performance et du design. En 2014, il intègre le spectacle « Heroes-Prélude » du chorégraphe Radhouane El Medded avec lequel il se produit en public en 2015 au Panthéon. Son travail a déjà été présenté dans des institutions telles que l’IMA, la Philharmonie de Paris, le musée de la Porte Dorée, le MAC Lyon et le Centquatre.


« Yasuke Kurosan » a reçu le soutien du Ministère de la Culture / Direction générale de la création artistique, de la Maison Européenne de la Photographie, des Ateliers Médicis, du Centquatre-Paris, de Waterlight Graffiti, de Maison de Thé Houan Kitakamakura (Japon).
« So Ava » a reçu le soutien des Ateliers Médicis, Sa majesté Zola Toyigbé, la communauté lacustre du royaume de So Ava, Karine Dellière, Antonin Hounga et l’association Sognanon (Bénin).

 

 

Médias partenaires

     

 

-->